Bilan Sport-Achat Lyon, 11 & 12 Septembre 2017

SPORT-ACHAT LYON : découvertes, tendances et témoignages

Trail running, toujours à fond !

L’Expo Shoes à l’entrée du salon était parlant : le trail running reste en plein boom et booste toujours l’outdoor.
Parmi les 4 segments de son offre, Millet capitalise sur le fast alpine trail. La marque historique arrive sur le minimalisme avec sa dernière chaussure milieu de gamme : la Light Rush avec un drop de 4 mm, une semelle Michelin inspiré du cramponnage des pneus de VTT et un amorti  EVA. Autre subtilité, l’emploi du Matrix plutôt que du mesh, ce tissu français composé d’un polyamide et de fils kevlar procure maintien et durabilité.. Millet dévoilait également une gamme de sacs astucieux à des prix placés dont un sac-ceinture avec une partie stretch permettant de glisser le nécessaire et la flasque fournie avec le produitou le sac-gilet Intense breveté : taille unique, le sac s’ajuste à la morphologie au moyen d’un tanka (disponible en 5 et 15L et livré avec 2 flasques hydrapack)
Fort de sa notoriété dans le monde du trail, les chiffres de Camelback, pionnier de l’hydratation, sont  en progression depuis 3 ans. La marque présente la Nano Vest, gilet 3D en mesh extra light et confortable muni de 2 flasques à l’avant, d’une poche d’hydratation dans le dos et de tout le nécessaire de portage.

Verticalité : l’escalade grimpe

L’escalade est devenu le nouveau sport indoor en vogue. Des marques qui s’étaient lancées dans des univers plus athlétiques, reviennent à l’escalade à l’image de Millet qui replace l’escalade au cœur de sa stratégie ou de La Sportiva qui développe une offre escalade avec des chaussons et du textile. Black Diamond revendique la possibilité d’équiper le grimpeur de la tête au pied avec le lancement de chaussons commercialisés en mars 2018, « un levier de croissance pour nous puisque nous n’avions pas encore d’offre en chaussons », dixit Clément Chantelot satisfait par le salon, «les rendez-vous qu’on avait fixés ont bien été honorés et on a vu aussi pas mal de prospects. C’est très constructif ».
Mammut a opéré une refonte de sa gamme de sacs à dos. Arrivée en PE2017, la gamme « climbing urbain » a fait de bons scores et les détaillants pousseront plus loin cette collection en 2018. « L’été 2018 s’annonce bon en prises d’ordres sur le matériel d’escalade et surtout sur la chaussure, le levier pour Mammut », selon Greg Allali, directeur de marque.
Ortovox dévoilait sa 1ère collection dédiée à l’escalade avec une ligne de sacs à dos et de textile en mérinos et Swiss wool et notamment des polaires mérinos avec renforts cordura sur les avant-bras pour grimper en fissures. La marque allemande présentait également sa 2ème collection estivale de sacs à dos avec pour cible la randonnée alpine, l’alpinisme et l’escalade, « nous avons connu un bon succès, le sac à dos Peak est notre meilleure vente, ce qui prouve qu’on est capable de vendre de bons produits avec de beaux prix dans notre réseau », dixit Vincent Thomas.
Connue pour ses collections colorées et stretch avec du coton organique, ABK, reste un ovni parmi les majors existants avec des produits très typés. La marque grenobloise est présente depuis ses débuts, il y a 7 ans, sur le salon,« on est un acteur historique, toujours bien placé dans l’allée centrale. Cette année l’affluence est plus faible, mais ça reste positif pour nous, on arrive à rencontrer les clients qu’on n’a pas le temps de voir en saison et on a réussi à capter l’attention de nouveaux clients », Julien Chaucheprat responsable export.
Petzl, venu en force sur le salon avec 7 personnes, dévoilait moult nouveautés pour la grimpe. Dans la tendance de la grimpe indoor, les harnais Sama et Selena avec des coloris plus urbains dans des tons chinés a séduit les détaillants. Tout comme les nouveaux casques Boreo avec des protections renforcées pour se protéger des chocs latéraux et les longes de via ferrata aux nouvelles normes permettant d’équiper des clients entre 40 et 120kg.

Le retour à la nature : l’effet bivouac et le cooking

Apporter le confort de la maison en bivouac est une des tendances fortes. Dans ce cadre, Alizés Montagne qui avait fait le buzz l’an dernier avec les tentes suspendues Tentsile, présentait un sac de couchage novateur, le backcounty bed de Sierra Designs, marque mythique du Colorado née en 1965. C’est le premier sac de couchage sans zip du marché, comme une couette dans laquelle on s’enroule et dont on rabat les côtés si il fait chaud. Autre astuce, le foot strap, système breveté permettant de sortir ses pieds sans manipulation. « Des détaillants très pointus sont venus découvrir et essayer ce produit sur notre stand car on avait fait une campagne d’information en amont pour les informer. Le concept les a impressionnés. Sur un marché du sac de couchage sursaturé d’offres, s’ils font un salon comme Sport-Achat, c’est justement pour trouver des nouveautés et se différencier », confie Vincent Thomas. Chez Lafuma, les sacs de couchage sont PFC free pour un retour à la nature non nocif. Invention plébiscitée à l’espace Crème Fraîche, Qaou signe le retour à la simplicité : tente, tente de plage, abri solaire, hamac, cocon suspendu, cette toile multifonction se module au gré de vos envies et se glisse dans le sac à dos.
La marque Sea to Summit distribuée par Nic Impex s’est bien implantée notamment pour le couchage avec des matelas, sacs de couchage et hamacs. « La tendance est de camper sans l’inconfort du camping », analyse Guillaume Brassod. Le responsable administration des ventes France pour Nic Impex estime avoir bien travaillé sur le salon, « les commerciaux travaillent beaucoup plus sur rendez-vous, chaque rendez-vous est lucratif et se solde par de la commande. C’est intéressant pour nous même si le ressenti général est à une fréquentation moindre ». Nic Impex distribue également une gamme d’accessoires d’hydratation avec les marques Nalgene, Hydrapak, LifeStraw, Sigg et note un véritable intérêt des détaillants pour la gourde. Toujours chez Nic Impex, la marque Jetboil, ces réchauds + récipients novateurs qui améliorent l’effet chaleur, est en forte croissance profitant du retour à la nature et des balbutiements du cooking qui consiste à manger à l’extérieur sans forcément faire 1000m de dénivelé. Nouveau marché émergeant en France, c’est une tendance forte aux Etats-Unis et très forte en Scandinavie. « Avec les réchauds et bouteilles isothermes Primus, nous avons l’offre, nous la mettons en avant. Il faut que les gens se l’approprient et se mettent un peu plus à aller dehors comme nos voisins du Nord », estime David Picamoles de Fenix Outdoor.

La randonnée se dépoussière

Parmi les innovations majeures vues au salon, La Forge de Tecnica préfigure les chaussures de demain. Cette chaussure à tige haute de grande randonnée /trekking est personnalisable en magasin avec une mise en œuvre visuelle et facile puisqu’il suffit de 20 minutes pour préparer la chaussure de A à Z sans avoir besoin d’un technicien spécialisé.
« Sport-Achat était l’opportunité de remontrer au public français la technologie et de montrer l’intérêt d’avoir un produit spécifique destiné en exclusivité aux magasins physiques. Les réactions des détaillants sont très positives, ils attendaient de l’innovation. Or la Forge est une réponse à la double problématique actuelle. 1) redynamiser et redonner de l’intérêt à une pratique et au marché nécrosé de la tige haute où peu de choses sont arrivées ces 5-10 dernières années avec un produit moderne, léger, bien fini avec un super look. 2) donner la part belle au détaillant physique spécialiste ayant la volonté de revaloriser son activité. Nous avions pour objectif une vingtaine de points de vente pour ce produit, nous allons arriver à 25 », confie Julien Prevot.
Chez Merrell, dont le stand n’a pas désempli, la tendance est au bio-mimétisme, la nouvelle chaussure de randonnée Chameleon s’inspire de l’animal. « Sport-Achat est un salon incontournable pour Merrell. On investit dans un stand avec plus de place pour garder une qualité de travail car ça bouge beaucoup, il y a du monde. On s’attache à l’esthétisme du stand, on l’habille de visuels car la mise en avant des produits est très importante. Sport-Achat nous permet de voir beaucoup de clients de station et d’en revoir certains autres. S’il y a des ajustements à faire, c’est le bon endroit et le bon moment pour le faire car ils ont une meilleure visibilité sur leurs ventes de la saison. Moi qui tourne sur le secteur Rhône-Alpes, c’est un bon moyen de faire le point, mes clients répondent toujours à l’appel. On est sur des belles perspectives de précommandes », se réjouit Mick Midali, représentant pour Merrell.
Hannwag, marque plutôt traditionnelle de chaussures de randonnée, commence à avoir une forte image avec des chaussants spécifiques pour les hallux valgus, ces déformations du pied (oignons). « Hannwag est la seule à proposer cette solution et amener une vraie réponse sur le marché, les clients viennent donc chercher ce produit chez nous », résume David Picamoles.
Depuis deux saisons, Aigle revient avec des collections axées petite et moyenne randonnée, tant en textile qu’en chaussures et présentait ici la partie technique. La marque française capitalise sur la thermorégulation avec la technologie 37.5, axe majeur pour la collection du segment trek & travel. « Au niveau du business, le technique pour l’été est encore marginal avec des magasins de stations que nous n’avons pas encore convertis », confie le directeur commercial, mitigé sur le salon, « c’est un salon très ciblé, les visiteurs sont essentiellement des magasins de stations. C’est essentiel et c’est pour ça que nous sommes là, mais aussi pour assurer une continuité avec notre présence sur Sport-Achat hiver. »
Columbia présentait des produits plus dynamiques avec plus de coloris qu’auparavant, « on est en phase avec cette nouvelle clientèle qui pratique l’outdoor de manière plus active, comme le trail, la rando active, la marche nordique. De l’outdoor moderne, un peu plus jeune, mieux coupé avec un travail sur les matières, beaucoup de technologies innovantes comme notre OutDry Extreme qui est laminé sur l’extérieur du vêtement et l’OutDry Extreme Eco travaillé sans aucun colorant », résume Florent Maire responsable commercial secteur Rhône-Alpes. Il ajoute, « le retour sur nos produits est très positif. On a fait une bonne journée lundi, on a vu nos clients avec lesquels nous avions déjà rendez-vous puisque ce salon on le prépare. Si on ne le prépare pas, ça ne fonctionne pas ».
Chez Schöffel, ce sont les matières techniques qui reviennent sur le devant de la scène dans les collections outdoor. La marque introduit par exemple la membrane Dermizax NX dans sa gamme pour avoir encore plus de performance à la respirabilité pour l’été, mais aussi la membrane S Café, les tissus Schoeller pour les pantalons, Polartec pour les polaires. Saluons aussi les efforts de Schöffel dans l’éco-conception, 86% de la gamme est labellisée PCF-Free.

Le trekking s’allège et protège

Osprey présentait son nouveau sac Levity destiné aux pratiquants en quête d’ultra-légèreté sans renier le confort de portage avec son dos en filet tendu : ce sac pèse 818g en 45L et gagne près de 200g sur le modèle Exos, le plus proche. « Le public est prêt à mettre le prix et les magasins veulent le travailler, quasiment tous les bons clients qui travaillent Osprey ont voulu le référencer. C’est une belle réussite », confie Mathieu Périllat de Sportpulsion. La marque compte parmi les leaders de sacs à dos ventilé et dévoilait son nouveau sac d’entrée de gamme, le Hikelite à moins de 100 €. « Osprey a le vent en poupe avec des ouvertures de comptes clients, et des augmentations de référencements chez nos clients actuels que ce soit en largeur ou en profondeur de gamme. Sur le salon, notre présence est très commerciale, le but est de permettre aux commerciaux de faciliter leur tournée commerciale en dégrossissant un maximum. Quant à moi,  j’assure une présence au niveau marketing  pour voir la presse et les clients avec lesquels on collabore de manière plus globale pour booster les ventes. Tant qu’il y a un nombre suffisant de clients présents sur le salon, on s’y retrouve », confie Mathieu Périllat de Sportpulsion.
Chez Deuter, autre leader mondial du sac à dos, la révolution est en marche avec de nouveaux produits, de nouveaux design et la série Futura la plus connue et vendue dans le monde, totalement renouvelée.
Certains stands n’ont pas désempli, c’est le cas de Sports Alpins Distribution qui présentait notamment Craghoppers : des vêtements de voyage, rando, trek pour adultes et enfants avec un traitement anti-insecte garanti pour plus de 200 lavages offrant une protection totale contre les piqures d’insecte et notamment contre les tics. La marque anglaise propose en outre des coefficients très intéressants pour les magasins, « on sait combien c’est dur dans le textile, or j’ouvre de nouveaux magasins en one shot en première présentation. Je suis très satisfaite du salon, j’ai eu des journées dynamiques », confie Sophie Robert.

Le commuting arrive en France

Venu de Nord Amérique, le commuting désigne la pratique de mobilité urbaine. Le « vélo-boulot », est une tendance qui se développe avec l’essor du vélo à assistance électrique. Eider qui se positionne comme une marque multi-activité avec des produits détournables s’inscrit dans cette tendance pour urbain actif et propose des produits commuting vélo électrique. La gamme Dalston se compose de produits bi-matière, pantalons et bermudas avec des renforts cordura dans une matière stretch respirante, qui se portent au quotidien. Le fil rouge de cette collection : les retro réfléchissants et la peau sous le bermuda ou le pantalon. « Les détaillants savent qu’Eider est présent à Sport-Achat hiver comme été à Lyon, l’été concernant principalement une clientèle montagne. Ce salon est bien placé dans le timing pour nous en ce qui concerne les clients de station. On continue nos remises d’avant saison pour les stations jusqu’à Sport-Achat alors qu’elles sont arrêtées au 15 juillet pour nos clients de plaine. On a aussi construit des packs spécifiques pour les stations avec un niveau de coefficient très avantageux, pack qu’on propose jusqu’à Sport-Achat », informe Céline Bonnardon, représentante Savoie et Haute-Savoie.

Le point de vue des détaillants

Thierry Ravanel, gérant de Ravanel Sport Shop, détaillant indépendant de Chamonix avec deux magasins, est un fidèle parmi les fidèles « on vient généralement à 4 à Sport-Achat après avoir été à Ispo et Friedrichshafen où on repère les nouvelles marques. A Sport-Achat on prend quelques rendez-vous, on affine et c’est là qu’on commande vraiment. On continue aussi à regarder s’il y a des choses pertinentes qui nous auraient échappées à Munich ou à Friedrich’ car c’est bien de voir toute la collection Europe ou monde dans les salons allemands, on y voit les big boss, mais les importateurs n’importent peut-être pas tout en France. A Sport-Achat, on voit les commerciaux et on fait nos achats. En gros pour nous c’est déjà l’entonnoir et on a déjà fait pas mal de tri.. On est une petite structure 100% indépendante non liée à une centrale, Sport-Achat est important pour nous, ça nous permet d’optimiser nos achats dans la même journée ».

Thierry Briand directeur de la centrale d’achat pour Chullanka vient d’Antibes et passe 2 jours sur Sport-Achat avec 3 acheteurs, « l’intérêt de Sport-Achat c’est que ça me permet de voir beaucoup de marques en peu de temps. Je fais beaucoup de rendez-vous d’une demi heure mais pas d’achat car 80% des achats sont faits avant. On peut faire des compléments d’achats, ce qui reste assez rare, mais Sport-Achat nous permet de voir différentes marques sur des points de négociation ou de discussionSport-Achat hiver a toutefois plus d’intérêt pour nous en mars car on n’a pas commencé à acheter ».

Dominique Penarguear, directeur opérationnel du groupement Terre de Running à Lyon est le local de l’étape, « Lyonnais d’origine, c’est toujours l’occasion de faire un saut sur le salon pour re-visualiser ou visualiser les collections et entretenir un réseau relationnel pendant un espace temps court, une grosse demi-journée. Pour nous ce n’est pas forcément un lieu de travail à proprement parler, c’est plus un lieu de rencontre ou parfois de finalisation d’accords. Sur l’organisation, il n’y a rien à dire, l’accueil est bon, les stands sont bien tenus, l’accessibilité au salon est bonne, c’est agréable et convivial de circuler.

Les détaillants présents regrettent que l’offre tende à se tasser au fil des années, craignant que cette tendance puisse freiner certains magasins à se déplacer.

Chiffres 2017

Sport-Achat Lyon – 290 marques – 1 640 visiteurs – 8 000 m² d’exposition

Contacts presse

Florence Pezet-Bertrand : +33 (0)4.50.095.095 – florence@sportair.fr – www.sportair.fr

Photos sur demande 

Communiqué de presse Sport-Achat Eté 2017: Lyon & Nantes

Les commentaires sont fermés