Le cyclisme, une activité reine sur le territoire des 2 Savoie

Alors que les Savoie ont accueilli les dernières étapes de la 103ème édition du Tour de France avant les Champs-Elysées, le constat est simple : le vélo a le vent en poupe en Savoie, comme dans l’Ain. Deuxième activité sportive pratiquée après la randonnée et source de très nombreux événements, son impact économique est indéniable sur la saison estivale.

DCIM100GOPROG0011116.

Les pays de Savoie et l’Ain offrent de multiples aménagements pour toutes les pratiques cyclistes

Le cycle c’est tendance ! Plus d’un vacancier français sur quatre pratiquent le VTT ou le vélo de route pendant son séjour estival en Savoie. Le phénomène va croissant, porté par un contexte général favorable : la bicyclette est de plus en plus utilisée au quotidien avec l’émergence des vélos libres-services (55 000 dans 42 villes en 2015). Elle bénéficie de nombreux aménagements contribuant à sécuriser la circulation et, plus récemment, du formidable essor du vélo à assistance électrique (VAE), qui révolutionne son usage, de surcroît en montagne.

En Savoie et Haute-Savoie, on dénombre ainsi 5 610 km d’itinéraires cyclos balisés et 2 613 sentiers VTT labellisés par la Fédération Française de Cyclisme (FFC).

 

photo-1464067547789-52c82f429121

VTT de descente, événementiel : des produits d’appel

Les pistes de descente VTT sont également devenues un produit d’appel en stations. Le nombre d’exploitants de remontées mécaniques assurant le transport de VTT progresse : 85,5% en 2015 contre 62% en 2006, sans pour autant que cette activité soit profitable : seul 18% des opérateurs répondants déclarent franchir le seuil de rentabilité. Produits d’appel incontournables également : les événements vélo/VTT qui drainent des milliers de pratiquants et/ou spectateurs. Il y a les courses « pro » bien sûr, comme le Tour de France, le Critérium du Dauphiné ou le Tour de l’Ain. Mais aussi un ensemble de manifestations « amateurs », environ 300 sur les 3 départements, dont certains ont acquis rapidement une belle notoriété.

VTTiste sur télésiège

 

Labelliser l’offre de service

L’offre ne cesse donc de progresser, tout comme la fréquentation, avec, à la clé, un impact économique incontestable. Le cycliste est une cible qui privilégie l’hébergement marchand et qui, en « itinérant », dépense en moyenne 15% à 20% de plus que le client « séjournant ». La pratique du vélo s’étale par ailleurs d’avril à septembre, et allonge donc la saison estivale, d’où l’intérêt de les chouchouter…

Source : ECO des pays de Savoie n°29

Les commentaires sont fermés